dimanche 31 juillet 2011

A qui tire-t-il la langue, Gregos?

En 2003 Gregos est parti pour Boston tester la peinture -huile et acrylique.
En 2006, sur les murs de Paris, ses visages moulés dans le plâtre prolifèrent dans les ruelles parisiennes.
Nous, passants béats aux APN pixellisant, on prend des photos.
Alors, il continue.
Son "art de rue" prend de l’ampleur après les élections de 2007 :
"-J’avais envi de m’exprimer artistiquement dans la rue, au travers de ce visage, qui tire la langue à la société"
Il aime beaucoup :
"-les murs non entretenus, pour leur redonner un peu de vie".


Aucun commentaire:

Publier un commentaire